Utiliser la télémédecine dans son exercice

Photo de médecin devant son ordinateur, effectuant une consultation à distance

La télémédecine repose sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Elle regroupe sous un même vocable 5 types de prise en charge :

1 - La téléconsultation – ou consultation à distance –

Elle permet à un professionnel médical d'effectuer une consultation à distance d'un patient. Un professionnel de santé peut être présent auprès du patient et, le cas échéant, assister le professionnel médical au cours de la téléconsultation (exemple : suivi des plaies chroniques par un spécialiste).

2 - La téléexpertise

Elle permet à un professionnel médical de solliciter à distance l'avis d'un ou de plusieurs professionnels médicaux en raison de leur formation ou de leurs compétences particulières (ex : interprétation à distance d'un examen radiologique).

3 - La télésurveillance médicale

Elle permet à un professionnel médical d'interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical d'un patient et, le cas échéant, de prendre des décisions relatives à la prise en charge de ce patient. L'enregistrement et la transmission des données peuvent être automatisés ou réalisés par le patient lui-même ou par un professionnel de santé (ex : surveillance à distance du poids et d'un ensemble de paramètres pour les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque).

4 - La téléassistance médicale

Elle permet à un professionnel médical d'assister à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d'un acte (ex : assistance à la fibrinolyse en cas d'AVC).

5 - La régulation médicale avec la pose d'un premier diagnostic en urgence par téléphone.

 

Quel intérêt pour les patients et les professionnels de santé ?

La télémédecine contribue à répondre à des défis comme le vieillissement de la population, le suivi régulier – et exigeant – des maladies chroniques, les inégalités d'accès aux soins ou encore une certaine désertification médicale localisée.
Cette forme innovante d'organisation des soins est à ce jour encore trop limitée au domaine hospitalier ; il convient d'encourager parallèlement son développement en ville et en structures médico-sociales.

Quelles mesures prises pour développer la télémédecine, en particulier en ville et dans le secteur médico-social ?

La mise en place de la télémédecine en ville et dans le secteur ambulatoire a été freinée par l'absence de financement adéquat ; partant de ce constat, la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a prévu des expérimentations de financement d'actes de télémédecine dans plusieurs régions pilotes en ville (domicile, maisons et centres de santé, cabinets libéraux…) et en structure médico-sociale (maisons de retraite, établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)…)
Les premiers patients pris en charge par télémédecine bénéficieront à distance de consultations par des médecins spécialistes ; la télémédecine offrira, par exemple, à certains patients aux pathologies complexes (comme les personnes âgées résidant en EHPAD), une prise en charge gériatrique et psychiatrique, par des médecins exerçant dans des centres hospitaliers parfois éloignés.

Ces expérimentations permettront également d'améliorer le suivi des patients à domicile, grâce à la télésurveillance, en particulier pour les patients atteints d'insuffisance cardiaque.

Dans le cadre de ces expérimentations, un premier cahier des charges a été publié le 23 avril 2015. Il porte sur la prise en charge des plaies chroniques et complexes, et précise les conditions dans lesquelles ces actes sont réalisés et payés.

Pour en savoir plus n'hésitez pas à contacter votre agence régionale de santé (ARS).


Liens utiles