Que recherchez-vous ?

Article

L’aide au maintien de votre activité

Dernière mise à jour :
Date de publication
12/12/2019
Visuel
Crédit photo : fotolia
Accroche
Vous exercez dans un territoire « très sous-dotées » ou « sous-dotées » en offre de masseurs-kinésithérapeutes? Un dispositif vous aide à y maintenir votre activité libérale.
Corps de texte
Contenu du bloc éditorial

Le contrat d’aide au maintien d’activité des masseurs-kinésithérapeutes (CAMMK) Vous permet de bénéficier d'une aide individuelle d'un montant 3000 euros par an.

 

Quelles sont les conditions pour y adhérer ?

  • Etre déjà installé :
    • en zone très sous-dotée ou sous-dotée
    • Conventionné
  • Equipement : remplir les conditions permettant de percevoir les aides à l’équipement informatique du cabinet professionnel prévues à l’article 4.9 de l’avenant 5
  • Nombre d’actes :
    • minimum 2000 actes la première année,
    • puis 3000 actes les années suivantes.

 50% de cette activité doit être réalisée auprès de patients résidant dans la zone très sous-dotée ou sous-dotée

  • Remplacement : en cas d’exercice individuel, recourir autant que possible à des masseurs-kinésithérapeutes remplaçants, assurant la continuité des soins en votre absence.

 

Quelle est la durée d'engagement ?

3 ans, renouvelable par tacite reconduction.

 

Pour consulter le contrat type-régional, cliquez sur le lien ci-dessous:

Votre interlocuteur

Contactez la CPAM de votre lieu d’exercice (service relation avec les professionnels de santé).

Ce contrat est non renouvelable et non cumulable avec d’autres contrats.

En revanche, un masseur-kinésithérapeute ayant souscrit un CACCMK ou un CAIMK peut, à l'expiration de son contrat, bénéficier du CAMMK.

Aller plus loin

Conditions permettant de percevoir les aides à l’équipement informatiqueart (4.9 avenant 5)

Contenu
  • Utiliser un logiciel métier certifié et compatible DMP
  • Etre doté d'une version du cahier des charges SESAM-Vitale
  • Utiliser la solution SCOR
  • Taux de télétransmission sup ou égal à 70%
  • Disposer d'une adresse de messagerie sécurisée de santé